GLOSSAIRE ANTIMICROBIEN

De A à Z : découvrez ce qui se cache derrière les termes antimicrobiens couramment employés.

Contactez-nous dès aujourd’hui

A.

Agent antibactérien : tout produit chimique qui élimine des bactéries (bactéricide) ou entrave la multiplication et la prolifération des bactéries (agent bactériostatique).

Agent antifongique : tout produit chimique qui élimine des champignons (fongicide) ou inhibe leur prolifération.

Agent antimicrobien : tout produit chimique qui élimine ou inhibe la prolifération des micro-organismes dont les bactéries, les moisissures, la rouille et les champignons.

Efficacité antimicrobienne : efficacité des produits antimicrobiens estimée à partir de la valeur exprimant l'activité antimicrobienne. La valeur exprimant l'activité antimicrobienne est obtenue en utilisant des méthodes de test standards.

Autoclave – chambre sous pression capable de stériliser à la vapeur des articles à 121°C et à 1 bar.


B.

Bactéries : organismes vivants microscopiques, généralement unicellulaires, qui peuvent être présents partout. Elles peuvent être dangereuses, par exemple lorsqu'elles entraînent une infection, ou bénéfiques, comme dans les processus de fermentation et de décomposition.

Bactériostatique: période de temps durant laquelle un agent antimicrobien inhibe la prolifération et la reproduction des bactéries mais ne les élimine pas. Au niveau quantitatif, la population bactérienne ne se développe ou n’augmente pas en nombre sur l'échantillon traité tout au long de la période de provocation, mais l'échantillon témoin permet aux bactéries de se reproduire.


C.

Test de provocation : méthodes de test qui, généralement, spécifient les conditions environnementales des essais ; les bactéries longue durée doivent être en contact avec l’objet testé, la concentration en éléments nutritifs, et la température. Les conditions de provocation dans le cadre de la plupart des tests d'efficacité antibactérienne sont une concentration en éléments nutritifs de 5 % avec un temps de contact compris entre 18 et 24 heures à 37°C.

Unités formatrices de colonies (UFC) : unité permettant d’estimer le nombre de bactéries dans un échantillon. Cette estimation est effectuée en faisant développer des bactéries sur un milieu microbiologique (source nutritive) à une température qui favorise le développement de ces organismes afin qu'ils puissent être vus à l'œil nu et comptés.

Échantillon témoin : échantillon brut (non antimicrobien) utilisé dans les tests en tant que référence pour l'échantillon traité. Le nombre d'organismes présents sur l'échantillon témoin après la période de provocation peut être comparé au nombre d'organismes survivant sur l'échantillon traité (aux antimicrobiens). L'efficacité antimicrobienne peut être calculée en pourcentage ou en réductions logarithmiques afin d’indiquer le niveau d'activité antimicrobienne.


E.

Recenser : déterminer la population de bactéries dans un échantillon.


G.

Coloration de Gram : technique courante utilisée pour distinguer deux grands groupes de bactéries en fonction de leurs différents constituants de la paroi cellulaire. La procédure de coloration de Gram établit une distinction entre les groupes de bactéries à Gram positif et à Gram négatif en colorant ces cellules en rouge ou en violet.

Bactéries à Gram positif: bactéries qui donnent un résultat positif (coloration violette) dans le test de coloration de Gram, qui est traditionnellement utilisé pour classer rapidement les bactéries en deux grandes catégories en fonction de leur paroi cellulaire. Ce groupe comprend certaines des bactéries du sol les plus répandues ainsi que certains agents pathogènes, comme le genre Mycobacterium et Corynebacterium. Les tests d'efficacité antimicrobienne utilisent généralement le staphylocoque doré en tant que substitut des bactéries à Gram positif.

Bactéries à Gram négatif : bactéries qui donnent un résultat négatif (coloration rouge) dans le test de coloration de Gram, qui est traditionnellement utilisé pour classer rapidement les bactéries en deux grandes catégories en fonction de leur paroi cellulaire. Les bactéries appartenant à ce groupe sont des causes particulièrement fréquentes d’infections du sang nosocomiales, de pneumonie et de méningite. L’Escherichia coli est le pathogène à Gram négatif le plus répandu. Les tests d'efficacité antimicrobienne utilisent généralement l’Escherichia coli et la Klebsiella pneumoniae en tant que substituts des bactéries à Gram négatif.


I.

Incubation : processus de conservation des conditions environnementales contrôlées qui favorisent la prolifération ou le développement de micro-organismes.

Période d'incubation : période au cours de laquelle les micro-organismes sont maintenus en contact avec les échantillons d'essai dans des conditions environnementales contrôlées.

Inoculum : population de départ des organismes testés (unités formatrices de colonies / UFC) appliquée à une éprouvette. La valeur de l'inoculum peut être comparée au nombre d'organismes restants à la fin des tests.


L.

Réduction logarithmique : mesure de la variation de la population microbienne sur un échantillon traité après une période de provocation par rapport à l'inoculum initial appliqué ou par rapport à l'échantillon non traité.


M.

Micro-organismes : organismes unicellulaires ou en groupes de cellules microscopiques qui sont trop petits pour être visibles à l'œil nu. Ils comprennent des eucaryotes, comme les champignons et les protistes, des procaryotes, comme les bactéries et certaines algues, ainsi que certains virus.


N.

Neutraliser : mesures prises pour mettre fin à la période de provocation d'un test. L’échantillon test provoqué est exposé à un neutralisant (p. ex. un bouillon Letheen, de la lécithine) qui arrête l'activité antimicrobienne et termine la provocation.

Neutralisant : agents chimiques utilisés pour inactiver, neutraliser, ou stopper les propriétés antibactériennes des agents antibactériens.

Neutralisation : Action d'immerger une éprouvette dans un neutralisant en vue d’arrêter l'action antimicrobienne sur les bactéries. Le nombre de bactéries vivant toujours à la fin de la période de provocation peut alors être déterminé.

Niveau en nutriments / charge nutritive : niveau d'aliments mis à la disposition des organismes à l'essai pendant la période (le test) de provocation. Certaines méthodes de test spécifient le niveau en nutriments, mais d’autres non. Si un test est effectué sans élément nutritif (p. ex. un sérum physiologique) le changement dans les organismes survivants peut être dû à l'absence d'éléments nutritifs ainsi qu’à l'effet antimicrobien. Les conditions nutritives de prolifération standard (bouillon de culture : eau) pour la plupart des matériaux non absorbants à l’essai (p. ex. des polymères) est de 1/500 (0,2 %) et pour la plupart des essais des matériaux absorbants (par exemple des textiles), le nutriment est dilué à 1/20 (5 %).


P.

Pourcentage de réduction : mesure de la variation de la population microbienne sur un échantillon traité après une période de provocation par rapport à l'inoculum initial appliqué ou par rapport à l'échantillon non traité.

Méthode de dénombrement sur plaque : méthode selon laquelle le nombre de bactéries présentes après incubation est calculée en comptant le nombre d'unités formatrices de colonies (UFC) sur une surface de gélose.


Q.

Tests qualitatifs : tests qui donnent un indicateur de l'effet d'un antimicrobien mais n'indique pas le niveau de l'effet. Ils fournissent une lecture binaire « oui ou non », mais aucune détermination numérique du niveau d'activité antimicrobien. Exemples de tests qualitatifs : l’AATCC 147, l’AATCC 90, les tests de Kirby Bauer, l’AATCC 30-III.

Mesure quantitative de l'efficacité (QMR) : mesure de pourcentage de réduction ou de réduction du logarithme de base 10 en vue de déterminer la variation de la population microbienne. Une réduction de 1 logs équivaut à une réduction de 90 %. Une réduction de 2 logs équivaut à une réduction de 99 %.

Tests quantitatifs: tests qui fournissent une détermination numérique de l'effet d'un antimicrobien (en pourcent ou en réduction logarithmique). Les tests quantitatifs incluent l'AATCC 100, la JIS L 1902 et l’ISO 22196.


R.

Récupérer : mesures prises pour arrêter l'activité antimicrobienne, mettre fin à la période de provocation, et déterminer la population bactérienne encore vivante après la période de provocation.


T.

Échantillon traité : échantillon d'un produit à l'essai pour des propriétés antimicrobiennes.


V.

Valeur exprimant l'activité antimicrobienne : valeur indiquant la différence de valeur logarithmique des nombres viables entre les produits antimicrobiens et les produits non traités après inoculation et incubation des bactéries.


Z.

Zone d'inhibition : zone claire ne présentant aucune prolifération d'un micro-organisme autour d'un échantillon d'essai placé en contact direct sur une surface de gélose.